Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Traces et Petits Cailloux

Un petit coin où noter les traces et les petits cailloux laissés par mes ancêtres au fil des siècles, patiemment retrouvés au fil des archives et de recherches minutieuses et passionnées... #généalogie


X comme... Monsieur X. le complice mystérieux

Publié le 27 Novembre 2020, 00:00am

Catégories : #Challenge AZ, #Famille BEDOUIN

X comme... Monsieur X. le complice mystérieux

       Une chose est sûre : François BEDOUIN était malhonnête, il s'appropriait volontiers le bien d'autrui, mais il avait un sens de l'honneur bien à lui : quoi qu'il lui en coûtât, il n'a jamais donné les noms de ses complices. Pour ce qui est des faux écus, il a toujours déclaré les avoir reçus en paiement à l'une des foires où il allait, sans savoir dans quelles circonstances précises. Quant à l'homme qui l'accompagnait le jour de son arrestation à Combourg, il n'a jamais donné son nom, tout au long des deux années d'instruction du procès, ou alors avec suffisamment de flou pour que l'incertitude demeure :

 

       "lui demandé s'il sait le nom de ce particulier dont il fait mention dans le précédent interrogat(oire) et où il demeure et quelle est sa profession

       Répond qu'il ne le connait que sous le nom de Jean et qu'il ne s'est jamais nommé autrement, qu'on l'appelait quelquefois Jean DUMOULIN et qu'il ne faisait qu'en rire, mais qu'il n'a jamais voulu se faire connaitre sous un autre nom, qu'il lui a ouï dire qu'il demeurait trois lieues au delà de Nantes et qu'il ne lui connaissait d'autre métier que celui de fraudeur de tabac et d'eau de vie".

 

       "il n'est venu chez lui que ce Jean DUMOULIN mais que l'an passé son frère qui dit aussi se nommer François DUMOULIN avec un autre qui se nomme Le Grand Pierre GUERIN sans savoir si c'est son véritable nom"

 

       Evidemment, les juges ne le croient guère, et

       "Lui représenté qu'il est étonnant qu'il ne soit pas assuré du nom des particuliers qui logent chez lui, qu'il y a de l'affectation de sa part de ne pas déclarer leurs véritables noms et demeures,

       Répond que ces gens là se donnent bien de garde de se nommer et de dire la paroisse d'où il sont, qu'il n'a pas cependant tenu à lui le leur ayant demandé plusieurs fois"

 

******

 

       Et même ceux qui viennent témoigner que François BEDOUIN a l'habitude de "donner la retraite dans sa maison à des contrebandiers et des voleurs dont ses voisins se plaignaient journellement et d'être pillés par ces gens", n'ont pas réussi à connaître le nom de ces fraudeurs.

 

       Ainsi le marchand Jean ARRIBARD "a ouï dire que le frère de ce Petit Jean SIVET ou RAOUAUT selon d'autres a été arrêté aux trois Maries avec des chevaux qu'il avait volés dans le pays de Broux ou de Lamballe chez un aubergiste, et qu'il doit être actuellement aux prisons de Nantes, dit enfin que ledit Petit Jean s'en retourna de la foire de la mi mai dernière qui se tenait en cette ville sur un cheval, et qu'il passa par Quebriac où il but un pot de cidre, qu'au surplus il passe pour être voleur de chevaux ,et BEDOÜIN pour recéleur, ayant ouï dire qu'ils partageaient de moitié le produit de la vente d'yceux".

 

       Ou un autre doit se contenter de raconter qu' "il y a environ trois à quatre ans, un certain quidam qui a la jambe toute contournée passa plusieurs jours chez BEDOÜIN".

 

       Les juges se contenteront de celui qu'ils ont sous la main, à savoir mon Sosa, et aucune enquête ne sera menée pour en savoir plus sur le mystérieux Petit Jean...

 

******

 

 

       Mais j'avoue que le challenge me titille, et je ne désespère pas de découvrir un jour qui était ce fameux "Jean DUMOULIN". Pour cela, quels sont les indices à ma disposition? Que sais-je du mystérieux complice de la foire de Combourg?

 

       Si l'on en croit ce que raconte François, il se sont connus soit à l'automne 1783 soit à l'hiver 1784. Jean DUMOULIN ou quel que soit son nom est contrebandier de tabac et d'eau de vie (au su et vu de tout le village, d'ailleurs, car il lui est arrivé de vendre du tabac à la sortie de la messe aux Iffs...). Lorsque ledit Petit Jean est repassé à la ferme de la Biliais pour expliquer à Anne PENART que son mari avait été arrêté par la maréchaussée à Combourg, il lui a expliqué "qu'il avait été à Brest et que quand il avait vu les cavaliers de la Maréchaussée, il avait mieux aimé laisser ses chevaux que de se laisser prendre".

 

       Il "avait été à Brest" signifie qu'il avait été au bagne, et s'il craignait tant d'être pris, cela indique qu'il avait été marqué au fer, et que donc la maréchaussée en le faisant "dépouiller" saurait qu'il était, au mieux, récidiviste, au pire évadé du bagne.

 

       Il habite sans doute "trois lieues au-delà de Nantes"

 

       Pierre BOULLIER, qui a échappé à une agression des "contrebandiers", le décrit : "le particulier habillé de bleu de la taille d'environ cinq pieds deux pouces est celui la même qui vint mardi dernier en foire avec BEDOÜIN amenant entre eux quatre chevaux".

 

       Il est possible qu'il soit "le quidam à la jambe contournée", mais ce qui me gêne un peu, c'est que Joseph POIZEL déclare l'avoir vu chez François en 1781 ou 1782, alors que François déclare avoir fait la connaissance de Jean DUMOULIN seulement "18 mois auparavant". (il dit 22 mois un autre jour). Il est probable en fait que ce soit un autre, car ceux qui parlent de l'homme à la jambe contrefaite se réfèrent toujoursà un incident plus ancien, mais je garde l'indice sous le coude au cas où...

 

       Le frère de ce "Jean DUMOULIN" se nomme sans doute François... Il a un cousin qui pourrait (?) se nommer Pierre GUERIN.

 

 

******

 

 

       La récolte n'est pas si mauvaise... Il semble que les archives de Loire Atlantique ne disposent pas des registres d'écrou de la fin XVIII° siècle. Par contre, les registres du bagne de Brest sont en ligne!!! Pas indexés, par contre... Il va falloir y passer quelques soirées! ... Mais j'ai un peu commencé à faire une recherche systématique à partir des années 1770. Je cherche donc un homme qui aurait été jugé à Nantes ou à Rennes, sans doute pour contrebande de tabac ou d'eau de vie, ou pour vol de chevaux, libéré ou évadé au plus tard courant 1783. François le décrit toujours comme "un jeune homme", donc son séjour au bagne doit se situer vers la fin des années 1770, début des années 1780. Et il mesure 5 pieds 2 pouces environ. Je ne me fie pas au nom, mais il y a quand même des chances pour que son prénom soit Jean. Je croise les doigts :D

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Véronique 02/12/2020 17:29

Wouaw ! Prête pour le dépouillement en soirée ?
L'écriture est assez lisible, au moins ?

05/12/2020 16:20

Ca se lit assez bien mais c'est looong, forcément! j'ai mis en veille, là, je reverrai ça un jour... ou pas :)

Dom 27/11/2020 17:38

Pas gagné .... !!!!!

27/11/2020 17:50

non! et pourtant, je SAIS qu'il est qq part dans les registres... Mais j'y crois ;)

Noémie 27/11/2020 14:14

Bonne quête alors ! Presque aussi ardue que la quête du Graal !

Archives

Articles récents