Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

©Mathieu RIVRIN photographe - Tempête Bella à Belle Ile en Mer - décembre 2020 - https://www.mathieurivrin.com/

©Mathieu RIVRIN photographe - Tempête Bella à Belle Ile en Mer - décembre 2020 - https://www.mathieurivrin.com/

       J'ai évoqué à l'occasion de l'Epiphanie Mathieu CARRIC, le bellilois qui, sans doute inconsolable de la mort précoce de son frère aîné Epiphane, avait choisi d'appeler son fils comme lui quelques années plus tard.

 

 

       Ce même Mathieu aura une terrible fin. Contrairement à son père et à ses frères, qui travaillaient la terre, il avait choisi le métier de pilote. Il était de ces marins qui, grâce à leur parfaite connaissance des côtes locales, guidaient les navires passant près de l'île et se rendant notamment à Nantes.

 

 

       Le 19 avril 1792, 10 pilotes du Port Goulphar, "tous pères de famille", embarquent dans la même chaloupe. Le temps est inquiétant, l'orage gronde, et soudain se déchaîne comme jamais, secouant la pauvre chaloupe, qui va sombrer à la pointe du Grand Guet, à quelques milles de leur objectif, Goulphar, leur port d'attache. Le curé de Bangor relate le drame quelques jours plus tard :

 

"Naufrage d'une chaloupe de cette paroisse, chargée de dix pilotes:

L'an de grâce 1792, le jeudi 19° jour d'avril s'est perdue à la hauteur de Belle Isle vers la pointe du Grand Guet en cette paroisse une chaloupe chargée de dix pilotes du port de Goulphar, tous pères de familles. Jamais on n'avait vu d'orage aussi violent que celui de cette fatale journée

Voici les noms des malheureux qui ont péri : Pierre Marie FECHANT du bourg, Thomas BANNET et son gendre Eloÿ BEDEX du bourg, François BEDEX du bourg, Mathieu CARIC, François BAMDE et Pierre Charles THOMAS du bourg, Martin DROUAL et jeun(e) Charles SILVESTRE de K(ervila)hen et Jean Charles PHILIPPE de Domoÿe. O mon dieu ayez pitié de leurs âmes. Resquiescat in pace. On n'a pas encore retrouvé leurs corps; à Bangor ce 28 avril 1792

PENER curé d'office de Bangor"

 

 Extrait d'une carte de Belle Ile en Mer - « Source gallica.bnf.fr / BnF »

 

 

*****

 

 

       Le naufrage a eu lieu le 19, le curé ne se résigne à transcrire leur décès que le 28, après plusieurs jours d'une tragique et vaine attente : on imagine les familles parcourant jour après jour la côte dans le triste espoir d'au moins retrouver les corps rejetés par la mer... espoir toujours déçu... ajoutant au chagrin de la perte l'angoisse de ne pouvoir donner une sépulture décente au père, frère, mari...

 

       J'ai vérifié sur la suite du registre, les corps n'ont visiblement jamais été retrouvés.

 

 

*****

 

 

Quelques mots sur ces pauvres pilotes noyés :

 

 

       Mathieu CARRIC est le petit frère d'Epiphane et de mon ancêtre Marie Louise Sosa 311, épouse de Guillaume THOMAS.

       Avec ce naufrage, il laisse une veuve de 38 ans et 6 jeunes enfants: Marie Perrine, l'aînée, n'a pas encore 16 ans; Jean-François en a 14; Epiphane (s'il a vécu, car je ne l'ai pas retrouvé au-delà de son baptême en tout cas pour l'instant) a 9 ans; François Marie, qui a 6 ans et demi, est un enfant handicapé : il est né "avec une jambe bcp plus courte que l'autre" et "marche avec bcp de peine* ". Agnès n'a pas encore 4 ans; le petit Mathieu - né le 14 juillet 1790, jour de la fête de la Fédération, que nous célébrons tous les ans - a 21 mois...

 

 

       François BAMDé a 34 ans; il laisse un fils de 5 ans, Mathurin, et un bébé de 4 mois. Des années plus tard, le 26 mai 1817, Mathurin, devenu maître au petit cabotage (= capitaine de bateaux navigant le long des côtes), épousera Agnès CARRIC, la fille de Mathieu, qui est aubergiste à Bangor avec ses aînés Marie Perrine et Jean François. Les deux époux ont connu le même drame dans leur petite enfance.

 

 

       Le hasard veut que trois de ces pilotes soient nés la même année, en 1750 :

 

       Pierre Marie FECHANT (né le 14 août) a 41 ans. Il laisse 6 enfants de 16 à 6 ans.

 

      François BEDEX (né le 21 février), 42 ans, laisse deux enfants, de deux et trois ans.

 

       Martin DROUAL (né le 8 avril ), 42 ans, laisse 4 enfants de 18, 16, 13 et 11 ans.

 

       Pierre Charles THOMAS, 28 ans, marié depuis 6 mois et demi, laisse une jeune femme enceinte, qui accouchera d'une petite fille posthume le  5 septembre 1792

 

      Charles SILVESTRE, 27 ans, marié depuis 2 ans et demi, laisse une fillette d'un an et demi et une petite Marie Anne naîtra le  12 novembre. Il ne savait sans doute pas qu'il allait être à nouveau père.

 

       Je n'ai pas trouvé grand chose sur Thomas BANNET et son gendre Eloi BEDEX , si ce n'est que ce dernier va lui aussi laisser un enfant posthume, qui naîtra 6 mois plus tard, le 20 octobre.

 

       Je n'ai rien trouvé sur Jean Charles PHILIPPE. (mais je n'ai pas fait de recherche exhaustives dans les registres sur tous les pilotes)

 

 

===========

Notes :

* d'après la conscription de 1806, qui l'a réformé pour "difformité" N° de tirage : 52/90. Taille 1.591m. "Réformé par le sous préfet pour cause de difformité, ayant une jambe bcp plus courte que l'autre dès sa naissance". "Marche avec bcp de peine". "Reconnu incapable de supporter les fatigues de la guerre". "Hors d'état de payer l'indemnité "Fils de feu Mathurin (sic) et Geneviève THOMAS". Pêcheur à Bangor.

=========

Sources :

Archives paroissiales et état-civil des AD du Morbihan.

 

Tag(s) : #Ancêtres bellilois
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :