Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Traces et Petits Cailloux

Un petit coin où noter les traces et les petits cailloux laissés par mes ancêtres au fil des siècles, patiemment retrouvés au fil des archives et de recherches minutieuses et passionnées... #généalogie


D'amour et d'eau salée...

Publié le 12 Février 2021, 14:18pm

Catégories : #LeMoisGeneatech, #Ancêtres du Morbihan

D'amour et d'eau salée...

  Dans le cadre du #mois Geneatech et du défi d'écriture de la semaine de la Saint Valentin, je vais évoquer quelques petits amoureux bretons de ma généalogie.

 

       Marie LE MOYEC naît le dimanche 5 novembre 1730 à Arzon* dans le village de Tumiac, sur le golfe du Morbihan. Son voisin Yves COUEDEL voit le jour le lundi 26 février suivant, dans le même village. Ils ont tous les deux la même marraine, Jacquette TILLIO, tante maternelle de Marie.


       Le 25 janvier 1746 , ils se marient : lui a 14 ans et 11 mois, elle, 15 ans et deux mois!!  Ils se connaissent depuis toujours puisqu'ils sont nés dans le même petit village, et ils sont tous deux orphelins. On ne trouve pas souvent les inhumations des hommes dans les registres de la paroisse d'Arzon: on peut supposer que dans ce peuple de marins, plus d'un homme disparaît sur d'autres rivages, voire en mer... Car ils viennent bien de quelque part, ces noyés inconnus trouvés sur les côtes bretonnes**... Claude (mon Sosa 298), le père d'Yves, et André, le père de Marie, font donc partie de ces morts que leurs descendants généalogistes cherchent encore...

 

       André LE MOYEC est mort très jeune (environ 28 ans) pendant la petite enfance de sa fille Marie, et Claude COUEDEL près de 3 ans avant le mariage d'Yves et Marie, à une date imprécise, donc, puisque mort ailleurs... La mère de Marie est décédée à la même période que Claude, en avril 1743. Quant à Yvonne ALLANIC, (ma Sosa 299), la mère d'Yves, elle meurt le jour de Noël, tout juste quelques jours avant que la juridiction royale de Rhuys n'accorde l'autorisation du mariage des deux mineurs, et exactement un mois avant la cérémonie ... Autant dire que la noce n'a pas dû être très joyeuse...

 

       Il faudrait un jour faire des recherches à Vannes pour retrouver les actes de tutelle et les décrets de justice de ces deux-là pour en savoir plus et comprendre pourquoi ces orphelins se mariaient si jeunes et de quoi ils pouvaient vivre... (Marie, ma Sosa 149, soeur d'Yves, se mariera 4 ans plus tard également à tout juste 15 ans, et sera veuve à 22 ans d'un marin au décès également introuvable). Une visite aux Archives de la Marine à Lorient*** serait aussi certainement utile, car Yves avait certainement déjà embarqué à l'époque (les mousses embarquaient à 12 ans, voire plus tôt).

 

 

       Yves, fils d'un capitaine de navire, sera marin également, comme tant d'hommes d'Arzon : d'abord matelot, puis maître de chaloupe et maître de chasse-marée... En effet, une dizaine d'années après son mariage, il est reçu à l'examen de maître au petit cabotage. Il a déjà une longue carrière de marin derrière lui au cabotage, c'est-à-dire qu'il transporte des marchandises le long des côtes, aussi bien vers Dunkerque ou Bordeaux, que vers l'Espagne ou le Portugal, par ex... En outre, son statut de marin l'oblige à rejoindre la flotte du roi tous les 4 ans pour plusieurs mois de service sur un navire de guerre; ainsi, le 27 août 1756, lors du baptême de sa fille Perrine. il est "à Brest ", ou encore le 2 septembre 1761, lors de l'inhumation de sa fille Jacquette, âgée d'1 an, il est "actuellement au service de sa majesté ".


 

      Le premier enfant du jeune couple naît quelques années après leur mariage, le 24 août 1750. Les jeunes parents ont alors 19 ans. Ils auront en tout 9 enfants, dont au moins 4 décèdent dans leur petite enfance.

 

 

       Le 5 juillet 1773, à l'âge de 42 ans, Marie décède dans sa maison de Tumiac, "après avoir reçu les sacrements de pénitence et d'extrême onction" ; elle est veuve, ce qui signifie qu'Yves est décédé entre 38 et 42 ans. Comme son père et son beau-père et tant d'autres, il n'a pas été enterré dans sa paroisse, et, s'il a pu être inhumé quelque part, l'acte en question est toujours à découvrir...

 

 

       Je ne sais pas ce que sont devenus 4 des enfants. Une petite Marie se retrouve totalement orpheline à 4 ans; elle se mariera elle-même à tout juste 16 ans, avec Jacques LARGOÜET, 18 ans, marin et futur maître au petit cabotage...

 

 

***

 

 

Mariés à 15 ans, décédés à l'aube de la quarantaine... : vivre vite et mourir jeunes dans la Bretagne maritime du XVIII° siècle...

 



========

* connu des touristes aujourd'huy à cause du Port Crouesty

** Arzon voyait certains de ses marins disparaître, et à son tour enterrait des noyés non identifiés; un exemple parmi tant d'autres :  "Le 16° avril 1755 a été inhumé, par la permission de ces Messieurs de l'Amirauté de Vannes, dans le cimetière de la Paroisse un cadavre inconnu trouvé à la Coste de cette paroisse vis à vis le village du Leen Vihan; présents au convoy François ..." (AD du Morbihan - Arzon - vue 701 sur 733 )

C'est bien pour tenter de résoudre ce problème d'identification que dans les îles Aran, en Irlande, autrefois, chaque famille utlilisait un motif différent pour les pulls des marins, afin de savoir d'où venaient les corps des noyés...

*** Il me semble que les archives maritimes de Lorient sont en cours de numérisation... Patience, donc...

 

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sylvaine 13/02/2021 19:04

On rencontre souvent des destins qui nous laissent pantoises, parmi nos cher.es ancêtres, même en s'efforçant de ne pas les regarder avec notre œil du XXIème siècle, où la quête du bonheur prime sur tout. Je me dis de plus en plus que c'est une préoccupation qui leur était fort étrangère, par la force des choses...

14/02/2021 17:03

oui, aujourd'hui on cherche le bonheur; à l'époque, il était surtout question de survie...

Christiane Bruneau 13/02/2021 16:58

belle histoire , mais triste... esperon que le peu qu'ils ont vecu ensemble ait été heureux

14/02/2021 17:04

C'est ce que j'espère, en effet... qu'ils aient pu/su être l'un à l'autre un soutien...

Archives

Articles récents