Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

U comme... Unique à l'époque, une telle longévité!

       Les Acadiens avaient une longévité remarquable, surtout pour leur époque. Même en tenant compte de la possible (probable?) marge d'erreur pour certains dont on n'a pas l'acte de naissance, on les suit à la trace sur des dizaines d'années dans les divers recensements, et il est évident que de nombreux acadiens ont atteint un âge remarquablement avancé pour l'époque.

 

Si je m'en tiens à mes Sosa, par exemple, je trouve :

 

- Guillaume TRAHAN (sosa 2468, 2520 et 9862), qui quitta la France pour l'Acadie en 1636, a vécu environ 76 ans ; je descends de trois de ses enfants, dont Jeanne (S 4931), décédée à environ 70 ans et Guillaume (S 1234), décédé à 88 ans en septembre 1755 pendant le Grand Dérangement

 

- Jacob BOURGEOIS (S 4930) décédé à près de 80 ans, et sa femme Jeanne TRAHAN (S 4931) à 70.

 

- Jacqueline BENOIST (S 1235), épouse de Guillaume 2 TRAHAN, décédée en 1755 en Virginie à 82 ans, pendant les péripéties du Grand Dérangement

 

- Pierre COMEAU (S 2526, 4954 et 5018) est décédé à l'âge vénérable de 93 ans

 

- Jean GAUDET (dont je descends 6 fois) est dit âgé de "95 ans" lors du recensement de 1671; c'est certainement exagéré, mais il est évident qu'il a vécu très vieux.

 

- Denis GAUDET (S 5026) est dit décédé à l'âge de 97 ans dans son acte de décès à Port Royal en 1709, ce qui est bien excessif, mais par recoupements de divers documents, il semble bien qu'il avait quand même environ 84 ans. Et sa fille Marie l'aînée (S 2513) est morte à 83 ans (même si l'acte de décès dit 88)

 

_ Bonaventure THERIOT (S 2474, 2506, 2518) décède en 1731 à l'âge de 90 ans (l'acte dit 95, mais il a environ 30 ans lors du recensement de 1671)

 

- Daniel LEBLANC (S 4928) a vécu environ 70 ans, sa femme, Françoise GAUDET (S 4929), au moins 75; son fils René LEBLANC (S 2464) est décédé à l'âge de 77 ans, sa bru Anne BOURGEOIS (S 2465) à 86 , et son petit-fils Jacques dit le plus jeune (S 1232) est l'un des vieillards décédés peu avant l'embarquement pendant les premiers moments du Grand Dérangement, à environ 75 ans.

 

***

 

       Outre cette remarquable longévité, la mortalité infantile acadienne était très limitée. De nombreuses fratries comportaient 10 et plus adultes, alors qu'à la même époque, dans certaines régions françaises, les familles subissaient de véritables hécatombes de nouveaux-nés et jeunes enfants : ainsi par exemple, les parents de mon ancêtre breton François BEDOUIN, celui qui avait fait l'objet de mon ChallengeAZ de 2020 , ont perdu 8 de leurs 9 enfants en bas âge. François est le seul à être parvenu à l'âge adulte.

 

       Cette incroyable résistance explique la croissance exponentielle de la population acadienne alors même que, contrairement aux Anglais qui ne cessaient d'envoyer de nouveaux colons aux Amériques, le gouvernement français n'investit pas dans un projet de peuplement.

 

***

 

       Le couple Daniel LEBLANC-Françoise GAUDET, par exemple, a eu 7 enfants adultes à Port Royal , 6 garçons, une fille :

 

- L'aîné, Jacques 1, a eu au moins 12 enfants (6 filles et 6 garçons) devenus adultes avec sa femme Catherine HEBERT

 

- Marie-Françoise a eu au moins 6 enfants adultes (3 garçons et 3 filles, avec Martin BLANCHARD

 

- Etienne, qui a 16 ans au recensement de 1671, est apparemment resté célibataire sans enfants. On ne sait pas ce qu'il est devenu.

 

- René, mon sosa 2464, a eu au moins 10 enfants adultes, 2 filles et 8 garçons

 

- André a eu au moins 10 enfants adultes, 3 filles et 7 garçons, avec Anne Marie DUGAS

 

- Antoine a également eu au moins 10 enfants adultes, 3 filles et 7 garçons, avec Marie BOURGEOIS

 

- Pierre a eu au moins 7 enfants adultes, 2 filles et 5 garçons, de son (second) mariage avec Madeleine BOURG

 

       Daniel LEBLANC et Françoise GAUDET ont donc eu au moins 55 petits-enfants adultes, dont 36 garçons. Pratiquement tous ces petits-enfants ont eu nombre d'enfants à leur tour..... J'ai déjà évoque le cas de René le notaire qui avait à lui seul 150 petits-enfants... Ce qui explique que la descendance des LEBLANC est la plus prolifique du peuple acadien; de plus, le grand nombre de garçons a assuré la permanence du patronyme LEBLANC à travers les siècles et la planète.

 

D'ailleurs, vous en connaissez au moins un :

 

      

       Eh oui, Matt LeBLanc, l'interprète de Joey Tribbiani est un (très) lointain cousin, descendant de mes ancêtres Daniel et Françoise. Je m'en étais doutée dès que j'avais vu la façon dont il écrit son nom : LeBLanc, avec un B majuscule au milieu, c'est habituel chez les descendants de Daniel.

 

***

 

Un autre exemple, particulièrement frappant,

de bonne santé :

 

       Entre 1678 et 1705, Pierre Comeau l'aîné, dit l'ESTURGEON, fils de mon ancêtre Pierre COMEAU (S 2526,4954,5018), et son épouse Jeanne BOURG auront 18 enfants, qui tous, sauf un, deviendront adultes...

 

***

       Cette longévité était dûe à plusieurs facteurs : tout d'abord, il est facile d'imaginer que seuls des individus robustes et en bonne santé choisissaient de partir tenter de se créer une nouvelle vie sur un continent lointain et à découvrir, et seuls les plus résistants pouvaient s'y maintenir.

 

       A cette sorte de sélection génétique s'ajoutait une alimentation de qualité grâce aux réussites agricoles dûes à la technique des aboîteaux et à l'élevage (tous les pionniers avaient bêtes à cornes, moutons et cochons). Et enfin, l'amitié des colons français avec les Mi'kmaqs leur permit de connaître toutes sortes de plantes médicinales locales et de remèdes.

 

       Cette robustesse a permis à certains de vivre longtemps malgré toutes les vicissitudes auxquelles ils ont été confrontés : ainsi par ex Honoré LEBLANC (sosa 616), né à Grand-Pré en Acadie en 1710, a subi la déportation en Virginie, puis en Angleterre, avant d'être envoyé en France, où il est décédé le 26 novembre 1791, à l'âge de 81 ans, après avoir connu les débuts de la Révolution Française!

 

***

 

Une petite anecdote pour illustrer

cette robustesse acadienne :

 

       En 1935, la fille d' Anatole LE BRAZ publie "Iles bretonnes", un récit de voyage de son père à Belle-Ile et à Sein.

P 129, on peut y lire :

 

       "Le grand père de madame MAINDRON [= la logeuse de Le BRAZ pendant son séjour] , D'AIGRE, était Acadien. Il disait : "J'avons...". Curieux personnage. Certain jour, comme il avait dans les soixante dix ans, il lui vint un bobo à l'orteil du pied. Il le fit savoir à sa fille en disant :

- Je ne sais pas ce qui me vient là.

- C'est peut-être un vilain mal : il faudrait montrer cela à un médecin du Palais.

- Des médecins! Ah la la, fit le vieux, et il continua de souffrir sans plus en parler. Mais à quelque temps de là, comme le mal devenait plus aigu, il se rendit dans le petit hangar, derrière la maison, où était le bois, la lande, et la hache pour les couper. Là, il posa son pied nu sur le billot, et, d'un seul coup de hache, il trancha l'orteil malade. Après quoi, quand le pied eut fini de saigner et que le grand-père fut en état de marcher à nouveau, il alla lui-même enterrer le doigt amputé dans le cimetière de Bangor. C'étaient de rudes hommes, ces vieux Acadiens!"

 

       J'ai pu identifier cette Madame MAINDRON, née Marie Eugénie LEBLANC (encore une descendante de Daniel le pionnier), et son grand-père, le "rude acadien" dont parle Anatole LE BRAZ. Il s'appelait Jean Pierre DAIGRE, et était le petit-fils d'Honoré DAIGRE, mon Sosa 314, auquel sera consacrée une bonne partie du prochain article de ce challenge. Il survécut plus de deux décennies à cet orteil amputé, puisqu'il est décédé à l'âge de ... 97 ans effectifs, le 16 janvier 1889. On apprend par ailleurs dans son acte de décès que Jean Pierre DAIGRE était "titulaire en sa qualité d'ancien soldat de la République et de l'Empire d'une pension de 250 frans par an"; autant dire qu'il en avait vu d'autres! (malheureusement, à ce jour, son dossier n'est pas encore en ligne sur les relevés des soldats de Napoléon, ce qui ne me permet pas de connaître les détails de ses tribulations militaires).

 

***

Oui, vraiment, de rudes gaillards, ces Acadiens!...

 

 

 

Tag(s) : #Ancêtres Acadiens, #Challenge AZ 2021
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :