Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Zachary RICHARD - Spectacle L'Acadie parle au monde - Shédiac - 1994

Zachary RICHARD - Spectacle L'Acadie parle au monde - Shédiac - 1994

       Dès que j'ai choisi il y a près d'un an le thème de mes ancêtres acadiens pour ce Challenge2021, je savais que le Z serait pour Zachary RICHARD...

       Pas seulement parce qu'il est un grand artiste1, pas seulement parce qu'un lointain cousin2 dont le nom commence par Z, pour le Challenge, c'est toujours pratique ;>, mais parce qu'il incarne pour moi, et certainement aussi pour beaucoup de ceux qui y étaient, le moment le plus intense et le plus fort de mon premier voyage en Acadie, et des premières Retrouvailles de la diaspora acadienne lors du premier Congrès Mondial Acadien (CMA) au Nouveau-Brunswick, du 12 au 22 août 1994.

 

***

 

       C'est en effet en août 1994 que j'ai eu l'occasion de fouler pour la première fois la terre de mes ancêtres. Cela a été évidemment l'occasion de bien des émotions et bien des joies...

 

       Une jolie expérience par exemple que la rencontre LEBLANC à Shédiac, où nous étions environ 3000 descendants de Daniel LEBLANC et Françoise GAUDET venus de divers endroits de la planète. Après toutes sortes d'activités et d'échanges, nous avons pu profiter d'un concert du groupe Suroît - dont le violoniste, Félix, est un LeBLanc -, et l'ambiance était chaleureuse, et c'était incroyable de se dire que nous étions tous, plus ou moins lointainement, cousins...

Le groupe Suroît aux Retrouvailles des descendants de Daniel Leblanc- Shédiac - 1994

(photo personnelle)

Quelques cousins LEBLANC aux retrouvailles de Shédiac1994

photo personnelle

 

***

       Mais surtout, il y a eu la formidable soirée du 15 août, à Shédiac également, pendant laquelle de nombreux artistes , dont les légendes acadiennes Edith Butler, Angèle Arsenault, Roch Voisine, le groupe 1755 reformé pour l'occasion, ont participé au spectacle "L'Acadie parle au monde"...

 

 

Et soudain, dans la nuit, il y a eu Zachary...

 

Il y a eu son cri, tout d'abord, sur le français qui se mourait en Louisiane...

 

et puis il y a eu "Réveille"...

 

      Une chanson qu'il avait écrite dans l'urgence3, comme dans une transe, 21 ans plus tôt, en France, et qu'il ne parvenait plus à chanter depuis des années, trop saisi par l'émotion...

 

     Une chanson qu'il ne pouvait pas ne pas chanter ce soir-là, quand près de deux siècles et demi après la déportation, les enfants des enfants des enfants de l'Acadie étaient revenus sur les terres de leurs pères...

 

Réveille, réveille,
C’est les goddams qui viennent,
Brûler la récolte.
Réveille, réveille,
Hommes acadiens,
Pour sauver le village...


Mon grand-grand-grand père
Est venu de la Bretagne,
Le sang de ma famille
Est mouillé d’Acadie.
Et là les maudits viennent
Nous chasser comme des bêtes,
Détruire les familles,
Nous jeter tous au vent.


J’ai entendu parler
De monter avec Beausoleil.
Pour prendre le fusil
Battre les sacrés maudits.
J’ai entendu parler
D’aller dans la Louisiane
Pour trouver de la bonne paix
Là-bas dans la Louisiane.



J’ai vu mon pauvre père.
Il était fait prisonnier.
Pendant que ma mère, ma chère mère
Elle braillait.
J’ai vu ma belle maison
Était mise aux flammes,
Et moi je suis resté orphelin,
Orphelin de l’Acadie.


Réveille, réveille,
C’est les goddams qui viennent,
Brûler la récolte.
Réveille, réveille,
Hommes acadiens,
Pour sauver le village.
Réveille, réveille,
C’est les goddams qui viennent,
Voler les enfants...

Réveille, réveille,

Hommes acadiens,
Pour sauver l'héritage,
Pour sauver l'héritage,
Pour sauver l'héritage .

 

      et il y a eu quelque chose de spécial dans l'air... une sorte de communion... nous étions tous unis, bien présents, déjà très émus...

 

       et puis un peu partout dans la foule, des banderoles se sont soudain levées, portant les noms des familles des déportés... C'étaient les cadiens qui les avaient apportées de la Louisiane dans leurs cars et qui soudain les ont brandies et balancées dans la brise de la douceur d'un soir d'été à Shédiac...

 

       Ces noms qui flottaient dans la nuit, cette chanson au rythme lancinant, c'était un peu comme si nos ancêtres étaient de nouveau là...

 

      Ce souvenir reste indicible et j'ai toujours la gorge serrée quand j'y pense... Ce fut un moment particulièrement beau et intense... J'ai appris le lendemain que j'aurais pu me trouver dans l'espace VIP lors de cette soirée, mais je n'en ai eu aucun regret, car aucune place n'aurait pu être plus magique que dans cette foule, au milieu des miens...

 

***

 

       Trois ou quatre ans plus tard, quand mon petit garçon, que je n'avais pas emmené à l'époque car il était beaucoup trop petit, a vu la vidéo dans laquelle j'avais simplement filmé la foule autour de moi pendant cette chanson, il m'a demandé ce qu'elle racontait, et un jour je me suis aperçue que quand il jouait aux Playmobil, il ne jouait pas aux cowboys et aux Indiens, mais "aux Goddams et aux pauvres Acadiens"... Il faut bien croire qu'il avait ressenti lui aussi la force de l'émotion transmise par cette chanson...

 

      En 2019, mon fils m'a cette fois accompagnée en Acadie, pour le 6° CMA, et nous avons eu l'occasion d'entendre Zachary à plusieurs occasions, mais il n'a chanté Réveille que le soir du 15 août... C'est une chanson trop spéciale...

 

 

***

 

       Voilà, ce Challenge2021 est terminé... Ca a été l'occasion pour moi de revenir sur cette branche si particulière de mon arbre, d'en approfondir certains aspects, de les remettre en perspective par le passage au récit... Une belle expérience.

 

       Il y aurait eu bien d'autres choses à raconter, car dans ces destins tourmentés, il y a finalement autant d'histoires que d'Acadiens, mais il fallait choisir. Curieusement, je pensais que j'aurais beaucoup parlé des LEBLANC, et puis finalement, j'ai plus parlé des DUON, ça s'est trouvé comme ça, et en plus, je sais déjà que Catherine DUON, la dernière de mes ancêtres à porter un nom acadien, aura sa place dans mon Challenge2022, avec pourtant un thème bien différent... Je commence à comprendre pourquoi certains romanciers disent qu'ils ne sont parfois plus maîtres de ce qu'ils écrivent parce que leurs personnages prennent le pouvoir...

***

Pour découvrir la version de Réveille en 1994, cliquez ici

pour la version de 2019, cliquez ici

=====

Notes :

1) Vous le connaissez tous même sans forcément le savoir : c'est l'auteur de la chanson de "Travailler, c'est trop dur"

2) Nous cousinons au moins par les COMEAU, BOUDROT, BLANCHARD et BOURG

3)"Ce n’est pas que je ne voulais pas la chanter, c’est que je n’y parvenais pas, explique le Louisianais. Je la trouvais trop bouleversante, je n’arrivais jamais à la finir. Je savais toutefois que j’aurais à la faire pour le Congrès Mondial. J’ai donc réessayé, quelques temps avant, à Caraquet devant un millier de jeunes qui, à ma surprise, la connaissaient et l’ont chanté. C’est peut-être la chanson la plus importante que j’aie jamais composée. [...] Cette chanson possède une histoire très curieuse, qui est directement reliée à la raison pour laquelle je parle aujourd’hui français. Je revenais de France, c’était en 1973, et j’avais en tête les mélodies bretonnes de Malicorne et d’Alan Stivell. Je conduisais ma voiture et j’ai carrément été possédé par cette chanson qui naissait en moi. J’ai dû sortir de la route pour l’écrire parce que je m’étais effondré en larmes. Normalement, une chanson me prend des mois ou des années à créer, mais cette fois-là, en arrivant à la maison, Réveille était terminée. Je ne suis pas du genre à affirmer que c’est la main du Bon Dieu qui l’a écrite, mais je constate simplement qu’il y a quelque chose dans cette expérience qui fut extrêmement fort. Fort, au point de m’entraîner vers cette espèce de dévouement un peu blindé envers la francophonie. Y a des jours où même moi je ne comprends pas très bien tous ces choix là…"in " Zachary Richard : L’éveil"

 

Tag(s) : #Ancêtres Acadiens, #Challenge AZ 2021
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :