Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

#12Months#12Ancestors -  Février : RAMIFICATIONS

       Quand je me suis inscrite au défi #52Weeks#52Ancestors pour 2022, je pensais, vu son intitulé, qu'il s'agissait de se pencher chaque semaine sur un ancêtre différent, et ça me tentait bien. Je prévoyais de m'efforcer de le relever jusqu'au bout, mais sans toutefois me mettre la pression que je m'étais mise pour les #ChallengeAZ, en particulier celui de 2021, avec lequel je tenais absolument à donner une vision globale mais assez précise de l'épopée de mes ancêtres acadiens, et qu'il n'était pas question d'abandonner en route, quoi qu'il m'en coutât.

 

       Mais en fait, quand j'ai découvert les thèmes choisis par Amy Johnson Crow, je me suis aperçue que, si il y a quelques années, quand elle a créé ce défi, il correspondait certainement à son intitulé, avec le temps, il a évolué, et il est clair que cette année, il ne s'agit plus de systématiquement traiter d'un ancêtre précis par semaine. Il n'est que de voir le thème général et pluriel de la première semaine de mars : "Women " ("FemmeS" ). En fait, cette année, le défi est organisé par thèmes mensuels, qui poussent à aborder sa généalogie sous des angles différents, et il prend deux formes au choix : soit #52Weeks#52Ancestors, soit une version plus "light", le #12Months#12Ancestors. Comme participer à un défi de geneablog doit être un plaisir, et non un engagement vital et impérieux, je me suis autorisée à panacher les deux, en fonction des circonstances...

 

       Et ce mois-ci, je profite de ce joker, car à vrai dire le thème de février est compliqué pour moi. Il s'agit en effet de :

 

"Branching Out" pour le thème mensuel,

décliné au fil des semaines en :

Branching Out // Maps // Landed // Courting

 

Ce que Sophie BOUDAREL a adapté pour les non anglophones en:

 

"Ramifications":

Jusqu’où s’étend votre généalogie ? // Cartographiez // Cadastre //

Les actes de ventes/d’achat/d’échanges de terre

 

***

 

       Il est donc clair que les thèmes de ce mois-ci concernent l'espace, les propriétés immobilières, etc. Ce sujet en soi me passionne : j'ai toujours adoré les cartes et les plans, j'ai même longtemps rêvé d'en couvrir les murs de mon bureau. Si j'y ai renoncé, c'est juste parce que les murs de mon bureau sont en fait couverts de livres et qu'il n'y a plus de place pour autre chose...

 

       Mais en ce qui concerne la généalogie, je n'ai pas fait de recherches suffisantes pour écrire de tels articles. Bien sûr, j'utilise les cartes de Cassini, Google Maps, le cadastre de Napoléon, les plans d'intendance, etc... que je peux trouver sur Internet pour enrichir ma perception de la vie de mes ancêtres, mais pour obtenir des informations personnalisées, il faudrait que je me déplace dans diverses archives "en dur", ce qui est assez compliqué.

 

***

       Donc ce mois-ci, je me suis accordé une sorte de pause, et j'ai décidé de m'en tenir à un article mensuel sur ce thème "Branching out", autrement dit "Ramifications".

 

       Le terme m'a immédiatement fait penser à ma branche marnaise. C'est une branche que j'ai longtemps délaissée. Pendant des années, je me suis intéressée quasi exclusivement à ma branche paternelle. Il fallait travailler directement aux archives à l'époque. J'étais relativement sur place pour ce qui concernait la Bretagne, donc les AD Morbihan, Côtes d'Armor et Ille et Vilaine m'étaient assez accessibles. Par ailleurs, j'allais très souvent en Espagne, notamment pour raisons professionnelles, et tenter1de faire des recherches en Aragon était une autre façon de découvrir le pays, donc j'ai profité de deux passages dans la région pour glaner quelques actes.

 

       J'ai par contre quitté la Champagne à l'âge de 16 ans et en quelque sorte coupé les ponts avec cette partie de mes origines. J'ai juste pu faire quelques recherches dans 2 ou 3 petites mairies et aux AD de la Marne en 1999, à l'époque où la perspective de faire admirer l'éclipse totale du soleil à ma généalogie descendante m'a conduite à retourner quelques jours sur les terres de mon enfance. Puis de nouveau, branche en sommeil, jusqu'à ces dernières années, où la facilité dûe à la numérisation et la mise en ligne de nombreux documents m'a enfin motivée à attaquer sérieusement cette branche maternelle.

 

       Et il faut bien dire que l'accès en ligne est une vraie chance, car mes ancêtres marnais n'ayant cessé de bouger d'un village à l'autre, c'est un vrai jeu de piste que de les suivre. A ce jour, j'ai dû consulter des actes dans pas moins de ... 103 communes! (et je ne différencie même pas les 13 paroisses sur Châlons). Alors bien sûr quand j'ai vu le thème "Ramifications", j'ai immédiatement pensé à cette arborescence.

 

***

       Mais comment la présenter? Je ne maîtrise absolument pas les logiciels graphiques. J'ai donc tenté une présentation simplifiée, à partir de la carte de Cassini et de la cartographie de Google. Je me suis également limitée aux communes où j'ai relevé au moins 3 actes (naissance, mariage et/ou décès) concernant mes ancêtres directs. Cela donne bien sûr une image très incomplète, parfois même un peu faussée, car mes sosas ont pu vivre des années, voire des décennies, dans des villages où ils ne sont pas eux-mêmes nés ou décédés ou mariés. C'est évident si on prend par exemple le cas de Songy, où ma chère AGM maternelle a vécu plus de 50 ans et qui est tellement lié à mes souvenirs d'enfance et à ceux de toute ma famille maternelle, mais qui n'entre pas dans mon schéma car d'un point de vue administratif, le seul acte d'état-civil familial qui y a été enregistré est la naissance de ma grand-tante2. Mais il fallait bien faire des choix et rendre les choses lisibles.

 

       Par ailleurs, en relevant tous les actes NMD concernant mes ancêtres marnais, j'ai remarqué que certaines communes apparaissaient ou disparaissaient au fil du temps. J'ai donc classé ces actes par siècle, et fait des cartes pour chacun d'eux. J'obtiens donc ceci:

 

Communes où j'ai relevé au moins 3 actes de type NMD concernant mes ancêtres directs au XVII° siècle :

 

St Amand sur Fion Châlons en Champagne Tours sur Marne Givry lès Loisy Courtisols Matougues Aulnay sur Marne Soudé

***

Communes où j'ai relevé au moins 3 actes de type NMD concernant mes ancêtres directs au XVIII° siècle :

(en rose : les paroisses du XVII° s, en vert celles du XVIII° s; en marron, celles qui sont communes au XVII° et au XVIII°)

Ay   Le Baizil   Dizy  La-Chaussée-sur-Marne    Chepy    St-Amand-sur Fion  Pogny  Châlons-en-Champagne     Marson    Vitry-la-Ville    Matougues  Montmort-Lucy  Pringy   Vienne-le-Château    Chaumuzy    Etrechy    Givry-lès-Loisy    Lagery    Coupetz    Courtisols    Matougues    Chaltrait    Couvrot    Vitry-le-François   Vesigneul-sur-Coole (= Faux-Vésigneul)

 

***

Communes où j'ai relevé au moins 3 actes de type NMD concernant mes ancêtres directs au XIX° siècle :

 

Chaumuzy   Le Baizil   Dizy   La-Chaussée-sur-Marne   Chepy   St-Amand-sur-Fion   Ay  Châlons-en-Champagne   Vitry-la-Ville   Vitry-le- François   St-Martin-d'Ablois

 

***

Communes où j'ai relevé au moins 3 actes de type NMD concernant mes ancêtres directs au XX° siècle :

 

Ay St Germain la Ville Châlons sur Marne  (j'ai ajouté Songy même si pas de NMD de sosa, car trop présent dans la mémoire familiale)

***

 

Récapitulatif des communes où j'ai relevé au moins 3 actes de type NMD concernant mes ancêtres directs du XVII° au XX° siècle :

 

***

 

       Il est intéressant de constater que ces cartes concernant mes recherches sur toutes mes branches marnaises - et qui ne présentent que 30 des 103 communes où ils ont vécu à un moment ou à un autre - sont géographiquement beaucoup plus étendues que celle de ma branche matrilinéaire, qui suit précisément le cours de la Marne entre Vitry-le-François et Châlons-en-Champagne. Il faudra que je me penche sur le sujet.

 

       Les différences dans le nombre de lieux concernés selon les périodes s'expliquent ainsi : l'effet d' "entonnoir" entre le XVIII° et le XX° siècles est lié au fait que chaque génération double le nombre d'ancêtres, et donc que notre arbre s'élargit de plus en plus à mesure que l'on remonte le temps. Quand au rétrecissement au XVII° siècle, il vient de ce que, entre les registres perdus, incomplets, abîmés, illisibles, et les actes non filiatifs qui ne permettent pas toujours les identifications, les actes sont plus difficiles à trouver.

***

 

       Curieusement, jusqu'à présent, tous mes articles du #52Weeks#52Ancestors (et même d'ailleurs mon article sur le sosa 2022  de mon fils) sont en lien avec ma branche maternelle. Ce n'est pas le résultat d'une décision, c'est un peu le hasard, et sans doute aussi un peu mon inconscient qui parle. Il faut dire que ça rééquilibre un peu ce blog, qui penchait terriblement du côté paternel. J'avoue que si j'ai été si longtemps sans faire de recherches côté maternel, c'est certes pour les raisons pratiques exposées plus haut, encore que la distance est sans doute une fausse raison : ma généalogie paternelle m'a emmenée deux fois de l'autre côté de l'Atlantique on ne peut pas dire que j'étais dans le "local"..., mais aussi par manque de motivation. Je l'avoue : la Marne ne m'attirait pas.

***

 

       J'y ai pourtant vécu depuis l'âge de 20 mois jusqu'à mes 16 ans, mais, totalement influencée par mon père, j'ai vécu cela comme un exil. Mon père évoquait son île tous les jours, c'était un vrai chagrin, et je ressentais les mêmes émotions que lui, je me sentais étrangère dans cette géographie, qui était pourtant aussi la mienne... J'ai vécu comme une vraie délivrance le fait de partir vivre à Rennes à l'adolescence, et j'ai complètement tourné la page.

 

       Ma mère, elle, bien qu'ayant totalement adopté la Bretagne, gardait la nostagie de sa terre d'origine. Elle a d'ailleurs rêvé, à une époque, de faire disperser ses cendres dans la Marne le jour venu. Cela m'avait terriblement choquée, c'était incompréhensible et impensable pour moi, une vraie douleur que de l'imaginer...

 

       Finalement, ses cendres reposent (en accord avec sa volonté, bien sûr) dans le petit cimetière bellilois où sont mes arrières-grands parents et mon grand-père paternels, où reposera un jour mon père, et moi aussi sans doute... Mais à faire toutes ces recherches, à voir comme mes ancêtres ont arpenté tant de ces petits villages champenois, et si souvent le long de cette rivière, il me vient une nostalgie et une affection tardives et assez surprenantes...

 

       Et je regrette d'autant plus que toutes mes découvertes généalogiques, qui auraient tant intéressé ma mère et ma grand-mère, arrivent trop tard pour que je puisse les partager avec elles...

 

===

Notes :

1) Je dis "tenter" car les recherches en Espagne sont/étaient assez compliquées; j'écrirai sur cela un jour

2) Mon AGM est décédée dans un centre médical à Châlons et mon AGP à l'hôpital de Reims)

Tag(s) : #52 ancêtres en 52 semaines 2022, #52Ancestors, #Ancêtres Marnais, #Branche maternelle
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :