Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un bouquet fleuri : #52Weeks - Semaine 11/ Mars - Flowers / Fleurs

       En ce premier jour du printemps, le défi du #52Weeks52Ancestors est un joli thème qui amène à se pencher sur les fleurs de notre arbre... Je ne résiste pas à l'envie de vous offrir tout un bouquet de ces fleurs qui abondent dans mon arbre.

 

Déjà, bien sûr, un bouquet de Marguerites et de Roses

 

       Mon logiciel me dit que j'ai à ce jour 213 Marguerites parmi les 7 305 individus actuellement répertoriés dans ma base. Ce qui est beaucoup plus que les 25 Roses qui parfument mon arbre...

 

     

       - La plus récente est ma grand-tante Marguerite SAUPIQUE, dont je dois dire que j'ai juste quelques souvenirs d'enfance... Curieusement, j'en sais beaucoup moins sur elle que sur des ancêtres des siècles passés, car les actes du XX° siècle sont plus difficiles à consulter que les bons vieux registres paroissiaux...

   

       27 de ces Marguerites sont des ancêtres directes. Je ne sais trop laquelle choisir...

 

  

      - Peut-être Marguerite LEDOUX, ma sosa 769, épouse de Jean DUVAL, née vers 1655 à Lagery, dans la Marne, car, même si c'est une simple pratique "grammaticale" de l'époque, je trouve émouvant que son patronyme soit parfois féminisé en LA DOUCE, comme à la naissance de son fils Sébastien en 1700 :

Marguerite LA DOUCE à la naissance de son fils Sébastien 1700

Marguerite LE DOUX au décès de son fils Jean en 1709

 

     

      - Ou encore ma sosa 217, Jeanne "Marguerite " NAVET, vigneronne champenoise, épouse du tonnelier Etienne Edmé "Louis" DUFRESNE, dont la triste destinée n'était hélas pas si rare que ça pour une femme de l'époque : née en 1775 à Ay (aujourd'hui Ay Champagne), elle mit au moins 7 enfants au monde, et après avoir perdu un fils de 13 mois et une fille un petit jour après sa naissance, elle eut encore la douleur de voir mourir son fils aîné âgé de 10 ans et demi. Peut-être même une fille dont je n'ai pas retrouvé la trace après sa naissance. Et enfin, en 1814, elle mourut à 34 ans dans un accouchement qui eut tout d'une boucherie, puisque l'enfant fut déclaré "mort avant de naître" ... Dès lors, son mari enchaîna les remariages et veuvages...

 

 

       Et toutes ces Roses, donc...

 

    

      Parmi les 25 découvertes, 3 seulement sont des ancêtres directes :

       - Rose BAYOL (ou BAYON), épouse de Pierre COMEAU, pionnière de l'Acadie au XVII° siècle

 

   

       - Rose RIVET, également Acadienne, dont j'ai déjà parlé dans plusieurs articles lors du dernier #ChallengeAZ, victime du Grand Dérangement et déportée en Angleterre avant de trouver refuge à Belle-Isle-en-Mer

 

 

      - Et enfin Marie Rose MAUGIS ( ca1775- 1808), qui passera sa courte vie dans le petit village du Baizil, en Champagne. Elle décèdera à 33 ans, 4 mois après avoir mis au monde mon ancêtre Edouard BOUDIN1...

 

       

      Cette Rose MAUGIS est l'occasion de remarquer que dans mon arbre, certaines familles se présentent en bouquet; ainsi la mère de Rose s'appelait Marguerite Anne POUSSANT (1754-1819)...

 

 

       Ainsi encore, quand mon ancêtre Pierre VIOLETTE Le Jeune épouse Marie Jeanne MILLIAT en 1753, il va tenter une drôle de greffe et appeler l'une de ses filles Marguerite VIOLETTE,. Malheureusement, elle a vécu ce que vivent les roses, l'espace d'un matin, enfin, 4 petits mois...

 

    

     Il faut croire que ce sosa (414) avait l'âme bucolique, car quelques années plus tard, il appellera une autre de ses filles "Suzanne... Angélique"! Et si l'angélique, s'utilise assez peu en bouquet, c'est néanmoins une plante fort sympathique, aromatique et médicinale...

 

     

      Plusieurs Angéliques d'ailleurs dans mon arbre, dont "Angélique" Françoise PORTIER qui fut, comme je l'ai déjà raconté, dotée par Napoléon lors de son mariage avec Michel LARMOIRE à Laval en 1805.

 

 

       Quant à Pierre VIOLETTE Le Jeune, il avait de la suite dans les idées, car en 1776 il donna la main de sa fille Marie Jeanne VIOLETTE (S 207) à un certain Claude... VIOLETTE. Puis ces Monsieur et Madame VIOLETTE à leur tour appellèrent leur première fille... Marie Jeanne Marguerite VIOLETTE! Le couple aura encore deux autres filles, bref, tout un bouquet de VIOLETTES...

 

    

     Et enfin, pour finir, plus subtil, ma sosa Adélaïde VIOLETTE (qui sera appelée LAVIOLETTE sur son acte de décès), fille des précédents, prénomma l'un de ses fils Hyacinthe (prénom usuel) . Pierre Jean Baptiste "Hyacinthe" BEAUCHOT est l'un de mes collatéraux, fils du charbonnier Baptiste BEAUCHOT et d' Adélaïde VIOLETTE , mes sosa 102 et 103.

 

       Dans la mythologie grecque, Hyacinthe fut tué involontairement par Apollon, qui transforma les gouttes de son sang versé en fleurs. Dans le calendrier républicain, la Jacinthe correspond au 9° jours du mois de Floréal, et dans le langage des fleurs, elle symbolise la bienveillance.


 

Marguerites, Roses, Angéliques, Violettes, Hyacinthe,

que de fleurs, donc, dans mon arbre!

Un vrai bouquet de printemps!


 

Et, au moment de boucler cet article, je réalise soudain que je m'appelle Sylvie, et que c'est

le nom d'une ... anémone de sous-bois! :D

 

===

Notes :

1) eh oui, après Marguerite NAVET, j'ai une Rose épouse BOUDIN. Les patronymes ne sont pas toujours à la hauteur des prénoms ...

Tag(s) : #52 ancêtres en 52 semaines 2022, #52Ancestors, #Ancêtres Acadiens, #Ancêtres Marnais, #Ancêtres Mayennais, #Branche paternelle, #Branche maternelle
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :