Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un maire dans mon arbre

      Dans mon esprit de française du XXI° siècle, "maire" égale "forcément "élu local", et donc quand je me suis souvenue d'en avoir croisé un dans mon arbre, je me suis dit "Bingo! Je tiens quelque chose pour le nouveau Généathème".

 

    J'ai donc repris mes recherches sur ma branche ARROUART. Sauf que... lorsque j'ai fait une petite investigation historique pour compléter mes informations et boucler l'article, j'ai découvert qu'à l'époque en question, le maire était ... nommé, et non élu!

 

       Mais tant pis, je vais vous présenter malgré tout mon article, car après tout, c'est lui qui m'a amenée à découvrir que les maires, en France, n'ont pas toujours été élus!

 

       En effet, si la loi du 14 décembre 1789, en instituant les municipalités, a imposé pour celles-ci des maires élus, dès le Consulat, la loi du 17 février 1800 a remplacé l'élection des maires et adjoints par une nomination pour trois ans. Le Premier Consul lui-même les nommait dans les communes de plus de 5 000 habitants, et le préfet dans les plus petites. Ces nommés qui géraient en particulier l'état-civil et les fonctions de police, étaient des agents de l'Etat. En 1831, une évolution : les citoyens élisent de nouveau les conseillers municipaux, et c'est parmi eux que le maire est choisi par les autorités.

***

Je disais donc, un maire dans mon arbre...

 

       Ayant près de 5000 actes divers dans mon logiciel de généalogie, transcrire les naissances (baptêmes) / mariages / décès (inhumations) tourne par moments à la routine un peu lassante. Aussi suis-je ravie quand un détail inattendu me surprend.

 

       Ce fut le cas par exemple le jour ou j'ai découvert dans ma branche maternelle l'acte de décès de mon sosa 230, Pierre "Charles" ARROUART, meunier champenois, né à Pogny en 1750, et décédé à Vouciennes en 1832. Il y est dit:

 

"L'an 1832 le 16 décembre à 4h du soir,

par devant nous maire officier de l'état civil de la commune de Vouciennes,

canton d'Ecury sur Côle, arrondissement de Châlons, département de la Marne,

 

sont comparus Pierre MORTAS âgé de 54 ans, charpentier et propriétaire domicilié à Voucienne, et Jean Baptiste LAVAL, meunier, meunier (sic), domicilié à Vitry la Ville, âgé de 54 ans, tous deux gendres au décédé,

lesquels nous ont déclaré que ce jourd'hui à 9 h du matin,

Pierre Charles ARROUART, âgé de 82 ans, natif de Pogny, veuf de défunte Claudette MORTAS,

est décédé ledit jour et heure ci dessus

 

en la maison du maire son fils,

 

située à Vouciennes, et les déclarants ont signé avec nous le présent acte de décès, après que lecture leur en a été faite"

 

AD 51 - Etat-civil de Vouciennes

 

       Celui qui rédige l'acte et signe "ARROUART maire" n'est donc autre que le fils du défunt, et les deux déclarants qu'il qualifie de façon neutre "gendres au décédé" sont en fait ses propres beaux-frères.

 

       Tout juste devine-t-on peut-être son trouble dans la répétition "meunier, meunier" à propos de Jean Baptiste LAVAL (mon sosa 114) , mari de sa soeur Adélaïde....

 

 

***

 

      Pierre "Charles" ARROUART fils est devenu maire de Vouciennes entre le 21 février et le 20 juin 1815, dates correspondant au dernier acte d'état-civil traité par le maire précédent, Simon GAGNON, et au premier signé par Pierre Charles en tant que maire.

 

       A la fin du registre des décès de 1815, on voit bien sur la même page le passage de la signature de Charles ARROUART, simple citoyen déclarant d'un décès- le maire étant Simon GAGNON -, à celle de Charles ARROUART maire:

 

Archives Départementales de la Marne - Vouciennes

 

 

      Les dates de prise et de cessation de fonctions des différents maires de Vouciennes ne peuvent pas être plus précises, car Vouciennes était une toute petite commune de quelques dizaines d'habitants, et les actes d'état-civil étaient donc assez rares. Ainsi, en 1832, le décès de mon ancêtre Pierre Charles ARROUART père fut le seul de l'année - ce qui nous permet d'ailleurs de savoir que le choléra ne s'est pas aventuré jusqu'à Vouciennes : un seul mort dans le village, et qui plus est de 82 ans, âge tout à fait "raisonnable" pour un décès, il n'y a visiblement pas eu d'épidémie.

 

 

 

***

       Depuis au moins la fin du XVII° siècle, les ARROUART sont meuniers, pères de meuniers, fils de meuniers, frères etbeaux-frères de meuniers, époux et frères de meunières... à Courdemanges, Champillon, Pogny, Vitry la Ville, Vouciennes...

 

Extrait du cadastre de 1811 - AD de la Marne - Le moulin de Haut à Pogny où Pierre Rouel ARROUART, grand-père de Pierre Charles ARROUART maire de Vouciennes était meunier de 1750 à 1767

***

       Pierre "Charles" ARROUART fils cesse ses fonctions municipales fin 1835, après 20 ans de bons et loyaux services, remplacé par Claude françois PERARDEL :

 

 

       Mais en fait, très vite, dès 1840, c'est de nouveau un ARROUART qui est choisi. Il s'agit de Pierre "Joseph", fils de Pierre Charles, le maire précédent. Agé de 30 ans, il va être réélu pendant des décennies, puisqu'à 74 ans, il est toujours maire le 17 novembre 1883 lors du décès de sa mère, "Marie Thérèse" Eulalie VIART, qui a vécu 101 ans!!! L'acte de décès de celle-ci est d'ailleurs rédigé par Pierre MAUGIN, l'adjoint au maire, de façon assez curieuse. MAUGIN déclare en effet agir "en remplacement de Monsieur ARROUART Joseph, maire, empêché "; or l'empêchement du maire, c'est qu'il est déclarant du décès : " ont comparu ledit sieur ARROUART Joseph, maire, âgé de 74 ans, et son frère..."!

 

       Joseph abandonnera la fonction de maire quelques mois plus tard, à l'âge de 75 ans. Depuis 1867, ce n'était plus lui qui rédigeait les actes, mais quelqu'un que je n'ai pas identifié, à l'écriture très lisible. :

 

 

***

      En cherchant à retracer la succession des divers maires de Vouciennes, j'ai eu la surprise de constater que l'officier d'état civil élu au moment de la Révolution était l'un de mes ancêtres directs, sur une autre branche. En effet, Claude OLIVIER (Sosa 502) a été élu le 1er janvier 1793 "membre du Conseil Général de la Commune de Vouciennes ... pour dresser les actes destinés à constater les naissances, mariages et décès des citoyens" :

 

registre des naissances de Vouciennes. 1793

 

       C'est un tissier en toile de 57 ans, à la jolie écriture soignée.

 

       Il prend visiblement très au sérieux son rôle d'officier public, comme en témoignent par exemple les détails qu'il donne dans une table annuelle des baptêmes pour simplement deux actes, et c'est émouvant de voir son écriture prendre de l'assurance au fil du temps.

 

 

***

 

       C'est sans doute à cause de ce sérieux et de cette assez jolie écriture qu'il est désigné le 24 juillet 1801 pour recopier le procès verbal du juste de paix à propos de la noyade accidentelle d'un jeune garçon, le fils du... maire de l'époque, Jean Baptiste BOITUZAT. Le nom de Claude OLIVIER n'est cité nulle part sur cette copie, mais son écriture est parfaitement reconnaissable.

 

 

 

***

       On le voit, dans les registres d'état-civil de Vouciennes, les maires et leur entourage sont souvent eux-mêmes l'objet des actes. Il faut dire que Vouciennes est un petit village, de 24 habitants à son minimum en 1806 et de 70 à son apogée, en 1886.

J'avais donc toutes les chances de trouver un maire et un conseiller municipal dans mon arbre  ;>

 

 

 

Tag(s) : #Généathème, #LeMoisGeneatech, #Branche maternelle, #Ancêtres Marnais
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :